L’Agence Nationale des Infrastructures Numériques et des Fréquences (ANINF) a procédé le 31 Décembre 2015 au transfert effectif des infrastructures et du personnel affecté dans les stations d’atterrissement du câble sous-marin ACE (Africa Coast to Europe) à Libreville et Port-Gentil, à la Société de Patrimoine des Infrastructures Numériques (SPIN).

Le 6 janvier 2016, une cérémonie été organisée en l’honneur de neuf agents de la Direction du Programme Infrastructures de l’ANINF, transférés à la Société de Patrimoine des Infrastructures Numériques (SPIN). Ces neuf agents ont intégré le groupe d’entreprises Axione/Bouygues Energie et services qui gère l’exploitation, la maintenance et la commercialisation de la phase 1 du Backbone national terrestre et la branche gabonaise du câble sous-marin ACE.
La cérémonie a été présidée par Alex Bernard Bongo Ondimba, Directeur général de l’Agence Nationale des Infrastructures Numériques et des Fréquences.

Convention de transfert de prêt et d’actifs de l’Etat de l’ANINF à la SPIN

Pour valoriser les infrastructures du câble sous-marin ACE (AfricaCoast to Europe) (faire le lien vers la page réalisations sur ACE) et celle du Backbone national (faire le lien vers la page réalisations sur Backbone déployées à Libreville et à Port-Gentil, une convention de transfert de prêt et d’actifs entre l’ANINF et la SPIN a été signée le 31 octobre 2014.
Cette convention permet l’ouverture progressive à la commercialisation de la capacité haut débit disponible sur le câble ACE auprès des entreprises et opérateurs du secteur. Conséquences immédiates : le développement de nouveaux services à forte valeur ajoutée et une baisse des coûts d’accès à Internet au Gabon.

ACE, 2ème voie de communication vers l’international

Depuis 2012, le Gabon est raccordé au câble sous-marin ACE et possède deux stations d’atterrissement de cette infrastructure dans les villes de Libreville et de Port-Gentil. L’arrivée du câble ACE a permis au pays de développer les technologies dites de 3ème et 4ème génération. Cette infrastructure offre également une 2ème voie de communication vers l’international.
L’ANINF poursuit donc ses missions aujourd’hui avec la construction du Backbone National. Ce projet va permettre la réalisation d’un réseau national en fibre optique destiné à connecter tous les chefs-lieux de province et de département. Il va favoriser la mise en place des infrastructures de télécommunication à haut débit qui sont, pour les entreprises, de véritables catalyseurs de croissance.

5000 km de fibre optique

Au total, c’est un réseau de plus de 5.000 km de fibre optique qui va s’étendre sur l’ensemble du territoire national. La première phase du Projet Backbone National Gabonais (BNG) d’un linéaire de 1100 km, entre Libreville et Léconi, avec une ouverture sur la République du Congo, à Lékoko, s’est achevée en juin 2016.