Avant la réception définitive des infrastructures mises en œuvre dans le cadre du RAG, l’ANINF a engagé la société gabonaise Optical Telecom afin de réaliser un audit des travaux effectués par la société chinoise ZTE dans les villes de Franceville et Port-Gentil.

Vérifier la conformité et contrôler

Effectuée par la société gabonaise Optical Télécom, spécialisée dans l’étude, le déploiement, la maintenance et le maintien en conditions opérationnelles des réseaux fibres optiques, la mission de contrôle, d’une durée de quatre semaines, s’est déroulée courant décembre 2016. En commandant cet audit dans les villes de Franceville et Port-Gentil, l’ANINF, en qualité de maître d’ouvrage, souhaite s’assurer du respect du cahier des charges et des spécifications techniques par la société chinoise ZTE, maitre d’œuvre, et, en l’espèce, apporter très rapidement les corrections nécessaires avant la réception définitive des installations.

Le lundi 16 janvier 2017, devant toutes les parties prenantes au projet, Marcel DOUCKAH, Directeur général d’Optical Télécom, a fait part des principaux constats remontés du terrain par ses équipes, formulé quelques recommandations pour remédier aux anomalies constatées et proposé quelques bonnes pratiques en la matière.

Qu’est-ce que le Réseau de l’Administration Gabonaise (RAG) ?

Débuté en 2008, sur plusieurs phases, le Réseau de l’Administration Gabonaise (RAG) fournit au niveau national des services de communication et des services applicatifs aux administrations et institutions.

La réalisation du lot n° 2, confiée à la société chinoise ZTE, adjudicataire du marché, consistait à mettre en place dans chaque capitale provinciale une infrastructure informatique, de réseau et de télécommunications, sécurisée à haut débit.

Ces infrastructures numériques provinciales reposent principalement sur des supports de transmission de type : dorsales souterraines en câbles fibres optiques, réseaux locaux dans les bâtiments administratifs (LAN, Fast Ethernet de catégorie 6a), stations de communication (BLR/MW et FH/WiMax), etc. En ce qui concerne l’interconnexion nationale, les équipements de télécommunications du RAG sont connectés au Backbone National Gabonais (BNG) au fur et à mesure de son déploiement, à l’instar du segment local du câble sous marin, « Africa Coast to Europe » (ACE). Ils le seront bientôt également au « Central Africa Backbone » (CAB4) qui s’étale sur près de 1.100 km et dessert cinq des neuf provinces du pays.

Le RAG est déjà fonctionnel dans la plupart des administrations à Libreville. Les villes de Franceville et de Port-Gentil vont également bénéficier des avantages issus du partage en toute sécurité de l’information administrative via les services applicatifs (e-Services) hébergés dans le centre administratif de données (Datacenter), d’une centralisation des applications métiers propres à chaque corps, ainsi que d’un accès à haut débit à Internet.

Pourquoi un audit dans ces deux villes ?

La ville de Port-Gentil est interconnectée au câble ACE depuis fin 2012 via une liaison sous-marine nationale en fibre optique. Quant à la ville de Franceville, elle sera reliée dans quelques mois au réseau Backbone National Gabonais (BNG). Cette mission d’audit et de contrôle a donc permis à l’ANINF de connaître l’état des ouvrages réalisés et équipements fournis dans ces deux villes, de procéder à des tests en situation réelle et de se prononcer sur les conditions de recettes finales de l’infrastructure. Cela concoure à la décentralisation à l’intérieur du pays d’une administration publique performante et qualifiée.

Pour la promotion des PME locales

Le choix de la société gabonaise Optical Télécom pour effectuer ce travail de vérification découle d’une volonté forte de promouvoir le savoir-faire local dans le domaine du numérique. Il s’agit en effet d’une jeune entreprise gabonaise, dirigée par un entrepreneur gabonais dont la compétence dans le secteur des TIC est avérée. Le Directeur général de l’ANINF, Alex Bernard Bongo Ondimba, entend aussi, à travers ce choix, contribuer à la mise en œuvre effective de la politique du gouvernement qui promeut l’accès des PME gabonaises aux marchés publics.

Après la présentation du rapport, les responsables de l’entreprise chinoise ZTE, se sont engagés à procéder, dans les délais impartis et conformément au cahier des charges, à remédier à toutes les anomalies constatées en collaboration avec tous les autres acteurs du projet.

Bientôt, d’autres villes interconnectées

Après réception des travaux dans ces deux localités, la mission se poursuivra dans d’autres villes. La modernisation des échanges entre les différentes entités publiques à travers nos provinces, est désormais une réalité.