A quelques jours du début de la CAN 2017, le Directeur Général de l’ANINF, s’exprime sur le rôle de son administration dans l’organisation de cet événement.

1/ Quel est le rôle de l’ANINF dans l’organisation de la CAN 2017 ?

L’ANINF, établissement public à caractère administratif, est notamment chargé de bâtir les infrastructures numériques indispensables au Gabon. Suite à son expérience acquise lors de la CAN 2012, l’ANINF, toujours aux cotés de la COCAN ainsi que des autres acteurs locaux et internationaux impliqués dans l’organisation de cette grande manifestation sportive continentale, s’engage aujourd’hui pour fournir des services de télécommunications répondant aux standards internationaux dans les Quatre villes abritant la compétition soit, Libreville, Franceville, Port-Gentil et Oyem.

2/ Quel sont les services que vous fournirez plus spécifiquement lors de la CAN 2017 ?

La CAN est classée parmi les grands événements sportifs mondiaux, aux côtés de la Coupe du monde de football, des jeux Olympiques ou encore de l’Euro de football. L’organisation d’un tel événement est un challenge majeur compte tenu des défis à relever, des cahiers des charges techniques à remplir. C’est aussi une opportunité pour l’ANINF de promouvoir son savoir-faire technique.

Plus concrètement, aujourd’hui, chaque compétition sportive nécessite d’offrir une connexion parfaite aux supporters, à la presse, aux personnalités invitées, etc. Pour s’en assurer, l’ANINF accompagne, le déploiement des technologies 3G, 4G, la fibre optique, le Wi-Fi, la fourniture d’une connexion internet large bande dans les stades, l’équipement des centres de diffusion télé et radio, les salles de presse, la réalisation du câblage réseaux des différents locaux, etc. Sans oublier de répondre aux besoins en téléphonie classique ou IP, en liaisons satellitaires et en fréquences radioélectriques.

Comme lors de la CAN 2012, l’ANINF supervise l’installation d’émetteurs-récepteurs sur l’ensemble du territoire national afin d’assurer la meilleure couverture radio-télévisée possible .
Les équipes de l’ANINF, constituées de près d’une centaine d’ingénieurs et de techniciens, sont à pied d’œuvre dans l’ensemble du pays, sur tous les terrains devant abriter la compétition. Ils travaillent sans relâche depuis de nombreux mois pour mettre en œuvre la totalité de ces services.

3/ L’ANINF offrira-t-elle des services ou des infrastructures innovantes pour cette CAN 2017 ?

Les progrès technologiques constatés aujourd’hui sont le résultat de la politique de modernisation des infrastructures numériques entrepris depuis 2009 par son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, Président de la République, Chef de l’Etat, à travers le plan sectoriel Gabon Numérique, lui-même découlant de son Plan Stratégique Gabon Émergent (PSGE).

Lors de cette CAN 2017, chacun pourra constater les progrès technologiques effectués depuis plusieurs années par notre pays en termes d’infrastructures et de services numériques. Il s’agit notamment d’une meilleure sécurisation des télécommunications, d’une meilleure qualité de service Internet et d’une plus grande capacité en matière de bande passante à l’international grâce au deuxième câble fibre optique sous-marin ACE. Ce dernier ouvrage, en particulier, rend disponible certains services comme une connexion 3G, 4G de qualité et sans coupure lors des rencontres sportives dans les stades, les aéroports et les hôtels ou encore une meilleure offre de contenus, accessible en ligne sur des plateformes de streaming ou de partage. La ville de Port-Gentil, par exemple, disposera bientôt d’un réseau cellulaire de qualité, de la data disponible sans saturation et d’une plus grande capacité de transmission grâce à l’effectivité de la liaison sous-marine fibre optique qui la relie à Libreville.